Histoire de la Juve

L'histoire de la Juventus

Aller directement à la partie :
Présentation du club
Débuts en compétition officielle (1900-1923)
Les débuts de l'ère Agnelli (1923-1944)
L'après-guerre et le renouveau (1945-1971)
La Juve à la conquête de l'Europe (1971-1988)
Giovanni Trapattoni
La Triade (1994-2006)
La saison 2005-2006
Le retour en Serie A (2007-2011)
Domination en Série A et nouveau cycle européen (depuis 2011 à nos jours)
La saison 2015-2016
La saison 2016-2017

Présentation du club

La Juventus Football Club (du latin Juventus ou bien la Juventus de Turin en français, et familièrement la Juve prononcer : [ˈjuːve]), mais également surnommée la Vecchia Signora (la Vieille Dame) ou bien encore les Bianconeri (les Blancs et Noirs), est un club de football professionnel italien (également S.p.A., société par actions) basé l'Italie.Troisième plus ancien du genre dans le pays après le Genoa Cricket and Football Club et Udinese Calcio, le club est fondé le 1er novembre 1897 en tant que club omnisports sous le nom de Sport Club Juventus par un groupe de jeunes étudiants turinois et lié à la puissante famille industrielle Agnelli depuis 1923, le club, traditionnellement dirigé par des aristocrates et soutenu par des ouvriers, est devenu un symbole de la culture italienne, de l'italianità (italianité) grâce à son succès et sa contribution à l'équipe d'Italie de football, ininterrompue depuis la seconde moitié des années 1920.mon équipe préférèe Le club compte une base de supporters considérée comme l'une des plus importantes au monde en raison de l'origine socio-économique des sympathisants du club et de leur présence massive dans toutes les régions du pays et, à l'étranger, principalement dans les pays avec une présence significative d'immigrants italiens. Ces raisons font de la Juventus l'un des clubs de football le plus populaire au niveau mondiale. Le club nourrit certaines rivalités avec d'autres grands clubs du pays, dont les plus notoires restent sans conteste avec l'autre grand club turinois, le Torino (les deux équipes se rencontrent lors d'un derby appelé le Derby della Mole), ainsi deux équipes se rencontrent lors d'un derby appelé le Derby d'Italia).
En plus d'être la plus soutenue, la Juventus est historiquement l'équipe la plus titrée d'Italie et l'une des plus titrées et reconnues au monde. Selon la International Federation of Football History & Statistics, un organisme reconnu par la FIFA, la Juventus est le meilleur club italien et le deuxième meilleur club européen du xxe siècle. En 1985, la Juventus devient la première équipe dans l'histoire du football européen à remporter les trois compétitions majeures organisées par l'Union des associations européennes de football, la Coupe des clubs champions (C1), la Coupe des coupes (C2) et la Coupe UEFA (C3). Après leur triomphe en Coupe intercontinentale en 1985, la Juventus est aussi devenue la première équipe dans l'histoire du football, et est actuellement l'unique au monde, à avoir remporté toutes les compétitions officielles au niveau international
Ayant connu de nombreuses enceintes durant son histoire (huit depuis 1897), la Juve évolue depuis 2011 a l'Allianz Stadium, nouveau stade ultramoderne de 41 507 places. L'équipe est actuellement présidée par Andrea Agnelli (fils d'Umberto Agnelli, qui fut également président et propriétaire de la société bianconera) depuis le 28 avril 2010, et entraînée par Massimiliano Allegri depuis le 16 juillet 2014. L'équipe première ainsi que toutes les autres catégories s'entraînent sur les terrains du centre sportif du Juventus Center à Vinovo, petite ville située à 14 km au sud-ouest de Turin.

Débuts en compétition officielle (1900-1923)

Après la fondation de la FIGC (fédération italienne) en 1898 et l'instauration du premier championnat d'Italie de football en 1898 (appelé à l'époque Campionato Federale), les Canfari décident d'inscrire leur équipe et disputent donc leur première compétition officielle lors du championnat 1900. Le Foot-Ball Club Juventus dispute donc son premier match officiel le dimanche 11 mars 1900 contre le Football Club Torinese au Piazza d'Armi lors du groupe éliminatoire régional du championnat.
Ce n'est que lors du deuxièmematch officiel de leur histoire, lors de la journée suivante, que les Rosaneri (roses et noirs) enregistrent leur première victoire (0-2 à l'extérieur contre le Ginnastica Torino). Lors de ce championnat 1900, le FBC Juventus finit 2e des éliminatoires du Piémont et atteint ensuite les demi-finales des phases finales du championnat l'année suivante. À la fin de la saison 1901, le club se vit remettre une bannière ainsi qu'une médaille de la part de la municipalité de la ville de Turin, lors d'un tournoi entre équipes piémontaises et liguriennes (Gonfalone e Medaglia del Municipio).
L'équipe turinoise change durant cette période deux fois de présidents, avec Carlo Favale (en 1901) ainsi que Giacomo Parvopassu (en 1902, année où le club remporte pour la 3e année consécutive le tournoi amical de la Coppa del Ministero della Pubblica Istruzione), et réalise ensuite enfin les performances attendues en arrivant deux années de suite finaliste du championnat fédéral en 1903 et 1904 (année où l'équipe abandonne le Campo Piazza d'Armi pour s'installer dans un nouveau stade, le Stadio Motovelodromo Umberto ).
C'est durant la saison 1903 que le club décide de se doter d'un nouvel équipement et de nouvelles couleurs4, le rose n'étant plus considéré comme assez viril. Ils abandonnèrent donc leur traditionnelle tenue rose et jouèrent désormais avec une tenue à rayures blanches et noires, tenue encore d'actualité. C'est un Anglais, négociant en gros et joueur du club, du nom de John Savage, originaire de Nottingham, qui apporta les nouveaux maillots au club, identiques à ceux de l'équipe anglaise du Notts County Football Club, équipe qu'il supportait. Ce nouveau maillot ainsi que leur nouvelles couleurs furent perçues comme un symbole de « simplicité, d'austérité, d'agressivité et surtout, de pouvoir »
À la fin de cette saison 1903, les bianconeri remportent la compétition amicale du Torneo di Trino Vercellese (ils battent en finale par un score de 15-0 le Forza e Costanza, une équipe de Novare), ainsi que la Coppa Città di Torino pour la deuxième année consécutive. En 1904, la Juve participe à sa première compétition internationale amicale, et remporte la Coppa Universitaria contre le Lyon olympique universitaire. En 1905, et ce pour la première fois de la courte histoire du club, un étranger (un Suisse du nom d'Alfred Dick) prend la présidence du club. Riche industriel travaillant dans le textile, il apporta une grande aide financière au club, et commença à faire venir de nombreux joueurs étrangers au club (surtout des Suisses et des Britanniques dont quelques-uns travaillaient dans son usine).
La Juve évolue donc désormais dans une nouvelle enceinte, au Stadio Motovelodromo Umberto I depuis 1904 (et ce jusqu'en 1906), et c'est précisément lors de la saison 1905 que les bianconeri (blancs et noirs) remportèrent leur premier Scudetto (titre de champion d'Italie) de Prima Categoria (première division de l'époque), après seulement 8 ans d'existence, tandis que sa réserve (Juventus II) remporta de son côté la Seconda Categoria (deuxième division de l'époque). Le club juventino finit son année 1905 en beauté en remportant en plus la Coppa Luigi Bozino (qu'elle remportera également l'année suivante). L'équipe en 1903. Un an plus tard, à la fin de la saison 1906, le club fut finaliste du championnat mais manqua de disparaître. On parlait alors de le transférer de Turin vers la Suisse selon les souhaits du président suisse de l'époque, Alfred Dick, et de l'appeler le Jugend Fußballverein, sans aucune consultation ni discussion avec les autres membres juventini. Alfred Dick fut stoppé à temps dans ses démarches et fut contraint de démissionner de son poste mais resta à Turin en fondant son propre club, le Foot-Ball Club Torino (l'intense rivalité des deux clubs pour la suprématie sur la ville de Turin existe dès cette date et le premier match entre les deux équipes) créé le 3 décembre 1906. C'est donc alors que le défenseur turinois (et l'un des créateurs du club) Carlo Vittorio Varetti prend le contrôle du club et y reste jusqu'en 1910. Durant plusieurs années, l'après-Alfred Dick fut dur à digérer pour la Juve (malgré un maigre trophée amical, la Coppa Luserna San Giovanni en 1907), diminuée financièrement et amputée de certains de ses cadres, partis rejoindre le nouveau club de leur ancien président au FCB Torino (comme les titulaires Diment, Bollinger, Mazzia ou encore Squair). C'est un peu moins d'un an plus tard, lors des éliminatoires régionales du championnat d'Italie 1907, que se tient le premier match le 13 janvier entre les deux clubs de Turin, le Foot-Ball Club Juventus et le Foot-Ball Club Torino, premier derby d'une longue série entre les deux équipes (le match entre la Juve et le Torino est appelé le Derby della Mole ou Derby de Turin). En octobre 1907, la FIGC interdit aux joueurs étrangers de participer au championnat. Un tournoi parallèle est alors créé, le Campionato Federale F.I.F. (non officiellement reconnu), tandis que le second championnat (officiel), la Prima Categoria (appelé aussi la Coppa Romolo Buni), se tient également la même année. À la suite de cette dissidence avec la fédération, quelques équipes décidèrent de faire partie de ce Campionato Federale F.I.F., dont la Juventus qui remporta les championnats fédéraux de 1908 (ainsi que celui de 1909) qui furent non reconnus officiellement par la FIGC. La Juventus pour la première fois champion d'Italie en 1905 Lors du vrai championnat officiel de 1908, les Zèbres sont ensuite éliminés dès le premier tour du championnat, dans les éliminatoires régionaux.


En novembre puis en décembre 1908, le club parvient pour la première fois (après 3 tentatives en 1904 puis 1905) à remporter le trophée de la Boule d'argent Henri Dapples, contre le Pro Vercelli. Le dimanche 14 novembre 1909 a lieu pour la première fois de l'histoire un match entre les bianconeri et le nouveau club milanais du Foot-Ball Club Internazionale (actuel Inter), créé un an plus tôt en 1908. La Juventus remporta le match 2 buts à 0 (doublé d'Ernesto Borel), premier d'une longue série, et entama par la même occasion le début d'une longue rivalité entre les deux clubs nord- italiens, aujourd'hui appelé le Derby d'Italienote. Les années suivantes furent difficiles (changeant deux fois de présidents avec Attilio Ubertalli en 1911 et Giuseppe Hess en 1913), le club ne parvenant plus à s'imposer dans le paysage footballistique italien, voire régional (terminant régulièrement en fin ou au milieu de classement). Malgré une finale atteinte lors du Trophée Sir Thomas Lipton au printemps 1911, c'est d'ailleurs pendant la saison 1912 que le FBC Juventus enregistre les plus lourdes défaites de son histoire (un 8-1 à l'extérieur contre le Milan Football and Cricket Club le 14 janvier, et un 8-0 à domicile contre le FBC Torino le 16 novembrenote ). Lors de la saison 1913, l'effectif au bord du gouffre, évite même de peu la relégationnote , saison lors de laquelle arrivèrent les frères Boglietti (Ernesto I et Romolo ), premiers joueurs non européens du club (argentins mais italiens d'origine).


Peu avant la Première Guerre mondiale, le football italien est alors largement dominé par d'autres clubs piémontais comme le Pro Vercelli Calcio ou encore l'Associazione Sportiva Casal Calcio. L'équipe de la saison 1913-1914. Pendant la Première Guerre mondiale, à la suite du décret de mobilisation du gouvernement italien, la FIGC ordonne la suspension du championnat. La présidence de la Juventus est alors partagée conjointement entre Gioacchino Armano, Fernando Nizza et Sandro Zambelli pendant la guerre, où l'effectif était régulièrement remanié. Ce triumvirat (qui créa un hymne et au journal au club, dans le but de maintenir un lien avec les sympathisants de l'équipe) était appelé le comité présidentiel de guerre. Du fait de la mobilisation sur le front transalpin, l'effectif juventino se retrouve amputé. En effet, lors de la première année italienne du conflit en 1915, plus de 24 protagonistes (joueurs, direction, ou autres) du club prirent les armes pour combattre l'Autriche-Hongrie sur les fronts du nord (parmi eux 6 comme simples soldats, et 18 comme officiers, sous-officiers ou autres). Désirant jouer au football, les villes italiennes et leurs clubs voulurent tout de même un tournoi, et c'est ainsi que naquit l'idée d'une compétition non officielle, appelée la Coppa Federale (en français la Coupe fédérale). La Juve y prit part et finit seconde. Les bianconeri cessent ensuite toute activité pendant trois ans. Au sortir du conflit (période durant laquelle de très nombreux joueurs de la société juventina durent partir au front en tant que soldats ou gradés, et en ressortirent parfois décorés, ou parfois tués, comme l’attaquant Benigno Dalmazzo, le milieu de terrain Gino Goggio ou encore deux des fondateurs du club Luigi Forlano et Enrico Canfari, lui qui avait rédigé la première histoire du club, Storia del Foot-Ball Club Juventus di Torino, sortie en 1915, quelques mois avant sa mort), c'est Corrado Corradini qui prend les rênes du club, période durant laquelle on note une légère amélioration des résultats du club en championnat. C'est après la guerre que l'on voit pour la première fois l'apparition de joueurs du club appelés en sélection avec l'équipe nationale d'Italie, comme notamment Umberto Caligaris, Antonio Bruna ou les gadriens de but Giovanni Giacone et Gianpiero Combi, qui deviendra un héros du club. Lors de la saison 1923, l'effectif se dote pour la première fois d'un capitaine, en la personne du milieu gauche Carlo Bigatto. Pour les 25 ans du club, la Juve ne termine qu'à la 6e place du Groupe A de la Ligue Nord du championnat d'Italie de la CCI 1921-1922, compétition dissidente de la FIGC, lors de la dernière saison du club avant l'ère fasciste de Benito Mussolini, qui prit le pouvoir en Italie à l'automne 1922.

Les débuts de l'ère Agnelli (1923-1944)

«

Je suis reconnaissant d'avoir accepté comme un honneur la présidence, mais j'espère ne pas vous décevoir en vous confessant que je n'ai aucunement l'intention de juste l'accepter en tant que titre honorifique [...]. Nous devons nous efforcer de bien faire, mais en nous rappelant qu'une chose bien faite peut toujours être mieux faite.» — Extrait du discours d'Edoardo Agnelli au moment d'être élu président de la — Juventus. Turin, 24 juillet 1923. Edoardo Agnelli, propriétaire du club dès 1923, et qu'il préside jusqu'à sa mort en 1935. Une anecdote raconte qu'à l'époque où évoluait le défenseur Antonio Bruna, il avait du mal à concilier son statut de joueur au club et d'employé dans les usines FIAT, son patron ne l'autorisant pas à aller s'entraîner . Sandro Zambelli, un des dirigeants juventino de l'époque, serait alors aller voir directement le fondateur de l'entreprise Giovanni Agnelli. Après la réponse positive de ce dernier à laisser jouer le joueur, c'est cet événement qui donna l'idée au fils d'Agnelli Edoardo de racheter le club quelques années plus tard. Un tournant marqua l'histoire du club pour toujours durant le début de l 'entre-deux-guerres. L'industriel Edoardo Agnelli de la famille Agnelli (riche famille aristocratique piémontaise créatrice et propriétaire de la Fiat) rachète le club le 24 juillet 1923, époque du dernier président de l'avant- Agnelli Gino Olivetti. Assurant les joueurs du club d'être régulièrement payés avec en prime une automobile de la firme italienne, l'équipe voit alors plusieurs grands noms du football italien rejoindre le club piémontais (comme Virginio Rosetta, qui fut le premier joueur professionnel du club, au centre de l'Affaire Rosetta durant la saison 1923). Edoardo se nomme lui-même président du club, et c'est cette année-là que l'on voit apparaître pour la première fois un entraîneur professionnel (souhait d'Agnelli voulant une structure plus organisée), dont les premiers en date furent les Hongrois Jenő Károly entre 1923 et 1926 (Il signa un contrat avec le club de 2500 lires plus une semaine de congé payé, avec en bonus une prime de 10000 lires en cas de victoire du championnat) puis József Viola de 1926 à 1928. Il fit construire un nouveau stade et aida financièrement cette nouvelle et ambitieuse Juve à remporter son deuxième Scudetto seulement 2 ans après son rachat lors de la saison 1926, en écrasant ses adversaires (20 victoires pour 5 nuls et 2 défaites) sans perdre à domicile, et avec la meilleure attaque (84 buts inscrits, surtout grâce à sa paire offensive Ferenc Hirzer– Pietro Pastore) et meilleure défense du tournoi (18 buts encaissés, et les buts bianconeri restèrent même inviolés durant 934 minutes, record du football italien pour l'époque). C'est cette victoire historique, qui lança véritablement un fort élan de popularité pour le club dans la ville de Turin et ses environs. Pour la première fois, sur la tunique bianconera est ensuite cousue l'écusson du scudetto (que les équipes championnes en titre portent sur leur maillot). a saison suivante, le club termine troisième mais se retrouve surtout au cœur d'un des premiers grands scandales du football italien. Lors du derby della Mole du dimanche 5 juin 1927, un des dirigeants du Torino de l'époque, le docteur Nani, aurait tenté de corrompre le défenseur juventino Luigi Allemandi en lui proposant 50 000 lires pour qu'il sabote le match. Le Torino remporta le match 2-1 mais son scudetto lui fut retiré à la fin du tournoi, et Allemandi, au départ radié à vie, vit sa sentence allégée, et dut quitter le club bianconero. Il fut alors vendu à l'Inter. Cette affaire fut alors surnommée l'Affaire Allemandi. C'est également au cours de l'année 1927 que la Juve prend part à sa première coupe d'Italie, remportant son premier match contre Cento sur le score de 15-0, la plus grosse victoire du club bianconero. Le club termine ensuite second puis troisième de son groupe lors des deux saisons suivantes, avant de finir à la troisième place du premier championnat professionnel italien à poule unique de l'histoire, la Serie A, instauré à partir de la saison 1929-1930, et remporté par l'Ambrosiana-Inter. À la suite des lois fascistes, il devenait alors de plus en plus difficile aux joueurs étrangers d'évoluer dans le championnat. La vedette hongroise bianconera Ferenc Hirzer rentra alors au pays, et c'est à cette époque que l'on vit débarquer dans la société les premiers oriundinote 18 du club, Raimundo Orsi en 1928 puis Renato Cesarini l'année suivante. Au cours de l'été 1929, les piémontais participent à leur première compétition internationale officielle, la Coupe d'Europe centrale 1929 (futur Coupe Mitropa). Pour la première confrontation européenne de l'histoire du club, la Juve rencontre en quarts- de-finale un des meilleurs clubs européens de l'époque, les tchécoslovaques du Slavia Prague, et ce furent ces derniers qui remportèrent le match 3-1 (1-0note 19 à l'aller puis 3-0 au retour). À la fin de la saison, l 'entraîneur-joueur écossais en poste depuis deux ans, Billy Aitken (ayant apporté avec lui d'Angleterre à la Juve ses techniques de préparations physiques avant-gardistes, et son système de jeu dit du WM, sorte de 3-4-3 ou de 3-2-2-3), quitte le club (il était connu pour son caractère sympathique, mais également pour ses méthodes d'entraînements très physiques et fatiguantes, ce qui provoqua le mécontentement de pas mal de joueurs). Virginio Rosetta, le premier joueur professionnel du club et le capitaine de la Juventus du Quinquennat d'Or des années 1930. À partir de la saison 1930, le FBC Juventus réalise une des plus grandes performances du football italien, et sans doute une des plus belles périodes de son histoire, en remportant cinq scudetti d'affilée sur une période de 5 saisons (de 1930 à 1935), période qui sera surnommée le Quinquennio d'oro (en français le Quinquennat d'or). Premier âge d'or pour la Juve, le club enchaîne alors les victoires et les records, mais devient surtout le premier de l'histoire à remporter 5 titres consécutifsnote 20, grâce à son fameux « Style Juventus » (considéré comme un modèle de rigueur, de discipline et de stabilité, établie par Edoardo Agnelli, et symbolisé par les Trois S (Simplicité, Serieux, Sobriété), ainsi que par un important soutien des tifosi dans tout le pays). C'est grâce à une nouvelle tactique instaurée par l'entraîneur Carlo Carcano, et au renforcement de l'effectif avec les arrivées de Giovanni Ferrari, Luigi Bertolini et Giovanni Vecchina, venus compléter une équipe déjà expérimentée, que la Juventus remporte le premier scudetto de sa série en 1930. Madame remporte ensuite le second titre sur les cinq en 1931 avec 54 points, pour 89 buts inscrits et 38 encaissés (dont 65 buts marqués à domicile, record absolu du football italien), et finit meilleure attaque du tournoi. Le 29e Derby de Turin disputé au Corso Marsiglia le 15 mai 1932 fut le premier match de football à avoir été retransmis en direct à la radio nationale de l'EIAR (commenté par le journaliste et chroniqueur Nicolò Carosio). Au cours de cette saison, la Juve remporte 10 succès de suitenote 21 (record qui tiendra durant 74 ans), puis atteint pour la première fois les demi-finales de la Coupe d'Europe centrale, contre les tchécoslovaques du Slavia Prague. La saison suivante, la Dame sort de son centre de formation Felice Borel, alors âgé de 18 ans, qui deviendra par la suite un des meilleurs joueurs de l'histoire du club. À la suite d'une phase retour mémorable (13 victoires en 17 rencontres), la Juve est couronnée pour la troisième fois consécutive championne d'Italie, avec notamment ses 16 victoires à domicile sur 17 matchs (plus un match nul), record du football italien. En 1933, les bianconeri emménagent dans une nouvelle enceinte moderne, le Stadio Benito Mussolini. Le triple champion national remporte son quatrième trophée de suite, grâce à Borel, qui termine pour la seconde fois d'affilée meilleur buteur du tournoi avec 31 réalisations. Lors de la dernière saison de ce quinquennat, c'est Carlo Bigatto et Benè Gola qui prennent le relais de Carcano sur le banc à la mi-saison (officiellement licencié du club pour « motifs personnels », mais en réalité, selon certaines sources pour des rumeurs sur sa présumée homosexualité devenues trop insistantes pour être tolérée dans une Italie encore traditionnelle sous l'égide d'un régime fasciste prônant la virilité), dans un effectif d'expérience, mais qui sort tout de même des jeunes formés au club, Guglielmo Gabetto et Pietro Rava, ajoutés à l'achat du jeune prometteur Alfredo Foni. Les bianconeri remportent leur 5e scudetto consécutif (nouveau record qui ne sera égalé qu'au bout de 75 ans) lors de la dernière journée grâce à un but de Giovanni Ferrari à quelques minutes de l'issue du match contre la Fiorentina (score final de 1 but à 0 à Florence le 2 juin 1935). La Juventus termine ce championnat 1934-1935 avec 22 encaissés, devenant la meilleure défense du championnat pour la seconde fois en trois ans. Durant cette saison, le club atteignit également pour la quatrième fois de suite les demi-finale de la Coupe d'Europe centrale.

L'après-guerre et le renouveau (1945-1971)

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la société rechange à nouveau de patronyme pour adopter en 1945 le nom de Juventus Football Club, toujours utilisé actuellement, son stade changeant quant à lui également son nom, délaissant l'appellation de Stadio Benito Mussolini pour le désormais Stadio Comunale. Avec un effectif composé de quelques grands joueurs comme Silvio Piola, Giovanni Varglien, Teobaldo Depetrini, Giovanni Viola ou encore les frères Sentimenti (III et IV), les piémontais réussissent, pour leur retour à la compétition, à terminer deux saisons d'affilée vice-champions d'Italie (saisons 1945-1946 et 1946-1947, cette dernière saison ayant vu les débuts prometteurs d'Ermes Muccinelli mais surtout du jeune formé au club Giampiero Boniperti, un des plus grands joueurs de l'histoire de la Juve). Lors de la saison suivante, en 1947-1948, c'est le jeune Gianni Agnelli dit « l’Avvocato » (fils d'Edoardo, également supporter et propriétaire du club), qui reprend la tête de la Juventus en tant que président pour le cinquantenaire de l'équipe. Un an plus tard débarquent dans l'effectif les premiers joueurs scandinaves du club, avec les danois Johannes Pløger et surtout John Hansen (future légende bianconera). C'est lors de la saison 1949-1950, avec l'anglais Jesse Carver sur le banc et son jeu orienté vers l'offensif, que la Vieille Dame remporte à nouveau un titre de champion d'Italie, son 8e scudetto (15 ans après son dernier titre de champion acquis lors du Quinquennat d'or). En outre, dans le cadre des retransmissions expérimentales de la RAI (qui émettront officiellement le 3 janvier 1954), la rencontre de Serie A de la saison 1949- Juventus FC — AC Milan du 5 février 1950 fut l'objet du premier direct télévisé national (commenté par Carlo Balilla Bacarelli). L'équipe juventina champions d'Italie de la saison 1951-1952 Après une 3e place la saison suivante où le club arrive en finale de la Copa Rio (un des premiers gros tournois amicaux intercontinental) et, où il remporte en championnat la plus grosse victoire à l'extérieur de son histoire (un 0-7 lors du premier match de la saison contre Pro Patria), la Juve gagne un nouveau titre de champion nationalnote 25 en 1951-1952 pour la 50e édition du championnat, puis atteint le podium lors de sa première participation à la Coupe Latine, le tout sous la direction du hongrois György Sárosi. La Vecchia Signora continue ensuite à rester sur le podium en terminant pour les deux saisons suivantes à la place de vice-championne d'Italie, toujours aidée par son armada offensive danoise (John et Karl Aage Hansen ainsi que Karl Aage Præst). Les années suivantes furent pourtant difficiles pour la Juventus, avec tout d'abord un changement de président survenu lors de la saison 1954-1955, où un triumvirat Craveri-Cravetto-Giustiniani (le premier depuis la saison 1915-1916) prend le relais de l’Avvocato Agnelli (qui ne paut plus assumer la présidence de la société et à la fois ses autres activités professionnelles), pour une saison avec comme résultat final une décevante 7e place. La saison suivante, le frère cadet de Gianni, Umberto Agnelli, reprend la tête du club et devient le plus jeune président de l'histoire de la Juventus (seulement 21 ans). Cette saison (qui vit les débuts prometteurs de Gino Stacchini), avec un record de 17 matchs nuls, fit terminer le club entraîné par Sandro Puppo à la 12e place du classement (la pire de son histoire en championnat à phase unique), le club continuant même sur sa série noire lors de la saison d'après (9e place). Puppo avait pourtant mis en place une nouvelle approche tactique en renouvelant et rajeunissant l'effectif, son équipe se faisant alors surnommée la Juve dei puppanti. Il donna les clé du jeu à de très jeunes joueurs titularisés et tous formés par le club comme Piero Aggradi, Flavio Emoli, Enzo Robotti ainsi que Giuseppe Vavassori, mais sa politique fut un échec et ne porta pas ses fruits en deux saisons passées au club.

La Juve à la conquête de l'Europe (1971-1988)"

"À la Juventus, gagner n'est pas important. C'est l'unique chose qui compte". (Giampiero Boniperti)

Le 13 juillet 1971 a lieu un évènement qui va changer l'histoire du club, avec l'arrivée au poste de président de l'ancienne gloire bianconera Giampiero Boniperti91 (jusqu'alors superviseur technique au club). Recruté pour son sérieux, son efficacité et sa passion, Boniperti, adepte du « Style Juventus » (réunissant la discretion, le labeur et l'humilité), s'investit dès lors grandement dans le club de son cœur, inscrivant la Juve dans un nouveau cycle victorieux (durant sa présidence, il n'hésitait pas à diminuer le salaire des joueurs s'ils ne remportaient pas à la fin de la saison le scudetto). Le travail de Boniperti porte tout de suite ses fruits puisque les bianconeri, après un quarts-de-finale lors de la toute nouvelle Coupe UEFA, terminent champions d'Italie de la Serie A 1971-1972, pour un nouveau trophée en vitrine attendu à Turin depuis cinq ans. La saison suivante reste également très aboutie puisque la Juve (qui achète l'oriundo José Altafini ainsi que l'un des plus grands gardiens de l'histoire du calcio, Dino Zoff), pour ses 75 ans et en plus d'être parvenue jusqu'en finale de la coupe, remporte sur le fil lors des dernières minutes du match de l'ultime journée son second scudetto de suite à un point du Milan (ce qui n'était plus arrivé depuis la saison 1960-1961) avec un but de Cuccureddu à la 87e minute contre la Roma (score final 2-1). Mais le principal fait marquant de cette saison reste sans conteste la première qualification de l'histoire pour une finale de C1. Le 30 mai 1973 a donc lieu à Belgrade la finale de la Coupe des clubs champions 1972-1973 contre la machine de l'Ajax et son « football total93 », une des plus talentueuses formations de l'histoire du football comptant parmi ses rangs quelques-uns des plus formidables joueurs de leur génération comme Neeskens ou Cruijff. C'est le néerlandais Rep qui inscrit l'unique but du match, donnant la victoire au club d'Amsterdam. À la suite de cette première grande finale européenne, la Juventus se révèle enfin aux yeux de l'Europe, étant désormais crainte et respectée sur la scène continentale.

Giovanni Trapattoni

Entraîneur le plus titré avec la Juve, 14 titres en 13 saisons passées au club. En 1973-1974, le club juventino achète le futur grand défenseur central Claudio Gentile et Zoff termine second au classement du Ballon d'or 1973, pour une saison où le club ne termine cette fois que vice-champion national, mais dispute pour la première fois de son histoire un match officiel contre une équipe non européenne. En effet, à la suite du refus de l'Ajax de prendre part à la Coupe intercontinentale95, c'est la Juve qui se rend donc à Rome le 28 novembre 1973 pour y affronter les argentins de l'Independiente (défaite 1-0 pour sa première compétition intercontinentale). Ensuite, l'ancienne légende du club, Carlo Parola, prend place sur le banc pour la seconde fois (prenant le relais de Vycpálek, qui lui, reste au club en tant qu'observateur), et le départ à la retraite du capitaine Sandro Salvadore est compensé par l'arrivée du libéro Gaetano Scirea (repéré par le recruteur de jeunes du club Luciano Moggi). Après deux demi-finales respectives (en coupe et en C3), la Goebba s'adjuge au mois de mai son 16e titre de champion national 1974-1975. Une saison plus tard, une nouvelle future légende vient grossir les rangs de l'effectif, le milieu défensif Marco Tardelli, mais la saison 1975-1976 se termine vierge de titres pour la Juventus (qui termine seconde en championnat malgré les rivalités de vestiaire qui rongèrent l'effectif durant toute la saison). La saison 1976-1977 marque une nouvelle ère dans l'histoire du club, avec l'intronisation sur le banc du jeune et ex-entraîneur du Milan Giovanni Trapattoni, inexpérimenté mais très apprecié de Boniperti. Le « Trap » garde comme assistant Romolo Bizzotto (à l'instar de ses deux prédécesseurs) et opte pour un fort renouvellement de l'effectif (arrivée notamment de l'arrière gauche Antonio Cabrini ou encore de l'attaquant Roberto Boninsegna). Son équipe entre dans l'histoire, lorsque les 4 et 18 mai 1977, la Juventus Football Club remporte (quatre ans après une première finale européenne en C1) le premier titre international officiel de son histoire, avec la Coupe de l'UEFA 1976-1977, en battant les basques de l'Athletic Bilbao (victoire 1-0 à Turin devant 75 000 spectateurs puis défaite 2-1 à San Mamés). La Vieille Dame, en plus d'être le premier club de l'histoire à remporter une C3 avec un effectif composé à 100 % de joueurs locaux, et également le premier (et encore actuellement le seul) club italien à gagner une coupe d'Europe avec uniquement des joueurs italiens devient surtout la première équipe italienne à remporter la C3 (unanimement saluée par l'ensemble de la péninsule).

La Triade (1994-2006)

La Vieille Dame ne reviendra au sommet de sa gloire qu'avec l'arrivée de Luciano Moggi comme directeur général et de Marcello Lippi au milieu des années 1990.

Ils rendront ses titres de noblesse à la Juventus, notamment en remportant le Scudetto en 1995 et la Ligue des champions en 1996 avec les cadres Gianluca Vialli, Roberto Baggio, Ciro Ferrara ou encore le jeune Alessandro Del Piero.Ils prendront leur revanche puisque ce sera aux dépens de l'Ajax Amsterdam. Ils arriveront également en finale de la compétition en 1997 et 1998, et contribueront durant ces années au succès de grands joueurs comme Zinédine Zidane, Filippo Inzaghi, ou Edgar Davids. Ils gagneront également le Scudetto en 1997 et 1998, ainsi que la supercoupe de l'UEFA 1996. À l'été 1999 débarque au sein du club l'international néerlandais Edwin À van der Sar, qui devient le tout premier gardien de but étranger de À l'histoire du club. Durant cette même saison 1999, l'international À nigérian Sunday Oliseh rejoint le club, devenant le premier joueur À africain de l'histoire de la Juventus. Signeront ensuite dès le début des années 2000 Gianluigi Buffon, Pavel Nedvěd, Lilian Thuram, ou encore David Trezeguet, la Juve gagnant le Scudetto en 2002 et 2003, tout en atteignant la finale de la Ligue des champions en 2003 perdue aux tirs au but contre le Milan. Lors de la 6e journée des phases de poule de la Ligue des champions 2003-2004 jouée le 10 décembre 2003, la Juventus inscrit un nouveau record avec la plus large victoire de la compétition depuis l'instauration de la Ligue des champions, avec un succès 7-0 à domicile contre les grecs de l'Olympiakos, match au cours duquel David Trezeguet inscrivit par la même occasion le 3000e but de l'histoire du tournoi.

saison 2005-2006

gigi

À la fin de l'année 2005, la Vieille Dame réalise la performance d'avoir 9 de ses joueurs nommés pour le titre du Ballon d'or 2005 (parmi lesquels Buffon, Camoranesi, Cannavaro, Emerson, Ibrahimović, Nedvěd, Thuram, Vieira et Trezeguet), trophée finalement remporté par le brésilien du Barça Ronaldinho. Lors de cette même saison 2005-2006, la Juve inscrit un nouveau record en Serie A en remportant ses neuf premiers matchs d'ouverture.En mai 2006, la Juventus (avec la Lazio, la Fiorentina, le Milan et la Reggina) sera au centre d'un scandale majeur concernant la désignation des arbitres dans le championnat italien. Luciano Moggi démissionnera de son poste de directeur général et sera mis en examen. Le tribunal requerra une relégation en Serie C (troisième division) ainsi qu'une pénalité de 6 points, puis sera finalement rétrogradée en Serie B avec une pénalité de 17 points puis, finalement, de 9 points. Ses titres de champion des saisons 2004-05 et 2005-06 seront annulés, et le titre de la saison sera finalement attribué à l'Inter de Milan . La suite de l'enquête sur Calciopoli montre plusieurs appels de Massimo Moratti, l'ancien dirigeant interiste Giacinto Facchetti, d'Adriano Galliani et d'autres dirigeants italiens à des arbitres et membres de la fédération italienne. À la suite du départ de nombreux joueurs, notamment Gianluca Zambrotta qui fut révélé par la Juventus, Fabio Cannavaro, à qui la Juventus avait donné une chance de relancer sa carrière à la suite de son expérience désastreuse à l'Inter, Patrick Vieira, Lilian Thuram et Zlatan Ibrahimović, Deschamps donne une chance à des joueurs tels que Claudio Marchisio et Sebastian Giovinco qui représentent l'avenir de l'équipe mais aussi la qualité de son centre de formation. Le 19 mai 2007, en l'emportant sur le terrain de l'Arezzo (5 à 1), la Juventus remontera en Serie A et terminera championne de Serie B un an après les révélations qui déclenchèrent le scandale du Calciopoli. Le 26 mai Didier Deschamps démissionnera du poste d'entraîneur de la Juventus et sera remplacé le 4 juin par Claudio Ranieri.

Le retour en Serie A (2007-2011)

Le 25 août 2007, pour son grand retour en Serie A, la Juventus écrase Livourne sur le score de 5-1 (triplé de David Trezeguet, doublé de Vincenzo Iaquinta). Lors du championnat 2007-2008, l'équipe se battra avec les meilleurs. De nouveaux talents écloront comme Antonio Nocerino ou Raffaele Palladino. Les anciens sont restés et une grande équipe est alors construite, capable de battre l'Inter de Milan, l'AC Milan ou l'AS Roma. Alessandro Del Piero, emblème du club, devient le joueur ayant disputé le plus de matches avec la Juventus.

La saison 2007-2008 voit la Juventus revenir définitivement vers le podium. David Trezeguet, manifestement très efficace, devient le plus grand buteur français de l'histoire de la Serie A, passant devant Michel Platini. Pavel Nedvěd reste un terrible milieu offensif, et Del Piero, 34 ans, est au sommet de sa forme. Del Piero et Trezeguet, 21 et 20 buts, sont les deux meilleurs buteurs de Serie A. La Juventus finit troisième du Championnat, derrière l'Inter et l'AS Roma, elle se qualifie donc pour le 3e tour préliminaire de la Ligue des champions. Durant le mercato estival, la Juventus montre son envie d'être compétitive : elle est très active sur le marché des transferts et renforce son effectif en vue de la Ligue des Champions. En plus de l'attaquant Amauri, du défenseur Mellberg et du rugueux milieu de terrain Poulsen, la Juve compte également faire confiance à ses jeunes joueurs et plus particulièrement Marchisio, Giovinco, ou encore De Ceglie. Ceux-ci auront tous un rôle important à jouer lors de la nouvelle saison. Tout comme le Suédois Albin Ekdal. Lors de leur retour en Ligue des Champions après deux ans d'absence, la Juventus montrera des difficultés à battre le Zénith Saint-Pétersbourg, mais finira par gagner ce match grâce à un coup franc botté par le capitaine Alessandro Del Piero qui, une fois de plus, montrera son importance pour l'équipe. Elle battra par la suite le Real Madrid par deux fois avec, encore une fois, trois buts du capitaine Del Piero qui recevra une standing ovation mémorable dans le stade du Real par les supporters du club espagnol. En ce mois de novembre 2008, malgré son âge, Del Piero était redevenu l'un des plus grands d'Europe. Elle se fera ensuite éliminer sur le fil contre Chelsea, finissant comme l'une des meilleures équipes européennes de cette année 2009. Finissant 2e du championnat malgré des victoires en cours de saison contre l'AS Roma et l'AC Milan, elle prépare la suite en remplaçant Ranieri par Ciro Ferrara sous la pression des tifosi juventini. En 2009-2010, malgré une équipe admirable sur le papier, (arrivée de Diego ou encore Felipe Melo), les blessures et une incapacité à se mettre dans une dynamique positive enlèvent tout espoir au club de réaliser les objectifs fixés. Ciro Ferrara en sera la première victime et se fera remplacer le 29 janvier 2010 par Zaccheroni. À la fin de cette saison catastrophique (le club sera l'une des équipes ayant eu le plus de joueurs blessés de toute l'Europe durant la saison), la Juve finira 7e, une place indigne pour un tel club mais méritée au vu des piètres performances de ses joueurs durant toute la saison. Seule une place pour le 3e tour de qualification de la Ligue Europa 2010-2011 sera la récompense d'une saison que les tifosi bianconeri préfèreront oublier. La saison 2010-2011 marque un total renouveau pour la Juventus avec l'arrivée d'Andrea Agnelli aux commandes qui succède à Jean-Claude Blanc. Le 19 mai 2010, Giuseppe Marotta (qui avait permis à la Sampdoria d'accrocher la 4e place synonyme de Ligue des Champions) est nommé officiellement nouveau directeur sportif général et prend ses fonctions le 1er juin avec Fabio Paratici comme bras droit. Il est accompagné de Luigi Del Neri (qui quitte également la Sampdoria) qui devient le nouvel entraîneur de la Vieille Dame. Malgré de bons résultats en première partie de championnat, la Juventus reste fébrile sur la scène européenne et quitte prématurément la Ligue Europa au stade de la phase de groupe, éliminée par Manchester City et les Polonais du Lech Poznań, deuxième. Le club enchaîne ensuite les mauvais résultats et décide de renforcer son attaque lors du mercato avec le prêt d'Alessandro Matri en provenance de Cagliari Calcio, mais elle ne réussira pas à se qualifier pour la ligue des champions en terminant septième, Luigi Del Neri est alors remercié pour faire place a Antonio Conte.

Domination en Série A et nouveau cycle européen (depuis 2011 à nos jours)

La Juventus attaque la saison 2011-2012 avec un nouvel entraîneur, Antonio Conte et recrute Andrea Pirlo. La Juventus remporte le championnat sans perdre le moindre match mais échoue en finale de la Coupe d'Italie, s'inclinant 2-0 contre Naples. Elle remporte le championnat avec 4 points d'avance sur le Milan AC et avec la meilleure défense (20 buts encaissés), réussissant ainsi un retour au sommet après les deux années consécutives à la septième place.

En 2012 le recrutement du jeune français Paul Pogba un des grands espoirs du football français de son club formateur Manchester United , symbolisera un renouveau pour la Vieille Dame afin de retrouver le niveau des grand clubs européens. Ainsi, de nouveaux joueurs comme Arturo Vidal, Carlos Tévez ont été recrutés par la suite. La Juventus remporte à nouveau le championnat en 2013 et en 2014. Durant la saison 2013-2014, elle réalise un parcours décevant en Ligue des Champions, marqué par la défaite face au Galatasaray. Repêchée en Europa League, la Juventus arrive jusqu'en demi-finale mais échoue face au Benfica Lisbonne sur les scores de 2-1 au Portugal et de 0-0 au Juventus Stadium. Lors de la saison 2014-2015, Antonio Conte laisse le banc du club en direction de la Nazionale, c'est alors Massimiliano Allegri, ex- entraîneur du Milan AC, qui reprend le banc des bianconeri. La Juventus remporte le championnat d'Italie et la Coupe d'Italie. Sur la scène européenne, le club turinois s'incline en finale de la Ligue des Champions contre le FC Barcelone (3-1) après avoir notamment éliminé les champions en titre madrilènes en demi-finale. Le mercato estival est marqué par la vente de plusieurs cadres comme Arturo Vidal au Bayern, Tevez au Boca Juniors ou encore Pirlo au New York City FC. Elle comble ces départs avec l'achat de Khedira, Mandzukic, Dybala ou encore Alex Sandro.

La saison 2015-2016

Lors de la saison 2015-2016, la Juventus parvient à conserver le titre pour la cinquième saison consécutive, et ce malgré un départ raté (une victoire et quinzième place au classement après six journées), grâce à une terrible série de 25 victoires en 26 matchs, seulement entrecoupée d'un nul 0-0 à Bologne. En Ligue des Champions, la Juventus manque de peu de sortir le Bayern Munich en huitièmes de finale, ces derniers égalisant à 2 partout dans les arrêts de jeu à Munich (match aller à Turin: 2-2), avant de s'incliner finalement par 4 buts à 2 dans la prolongation. La Juve affronte également l'AC Milan en finale de Coupe d'Italie le 21 mai, match qu'elle emporte 0-1 après prolongation. Lors du mercato estival, elle vend Paul Pogba à Manchester United pour une somme record de 105 millions + 5 millions de bonus.Morata quitte également le club, racheté par le Real Madrid. Elle achète Gonzalo Higuain du Naples pour 90 millions d'euros, faisant de lui le joueur le plus cher du club. Pjanic et Benatia font également partie des achats du mercato.

La saison 2016-2017

La saison 2016-2017 est marquée par un changement de système avec notamment le passage de Mandzukic en ailier. La saison 2016-2017 de la Juventus FC voit le club engagé dans quatre compétitions : la Serie A, la Coupe d'Italie, la Ligue des champions et la Supercoupe d'Italie. La saison précédente, les bianconeri sont arrivés en huitièmes de finale de la ligue des champions, avant de se faire éliminer par le Bayern Munich Le maillot domicile est dévoilé lors du dernier match de la saison précédente face à la Sampdoria. Les deuxième et troisième maillots sont dévoilé au courant du mois de juillet.La Vieille Dame remporte à nouveau le championnat et la coupe pour la troisième année consécutive et parvient même jusqu'en finale de Ligue des Champions en ayant battu le FC Porto, Barcelone et Monaco. Cependant elle perd face au Real Madrid en finale sur le score de 4-1, 2 ans après avoir battu cette même équipe en demi-finale en 2015.Fin juillet, la Juventus est en compétition dans le cadre de l'International Champions Cup en Australie, et la remporte. En août, la Juve annonce le départ de Paul Pogba au Manchester United, après 4 saisons passées au club Turinois pour 105 millions d'euros. La Juventus commence son championnat d'Italie le 20 août faisant face à la Fiorentina. Fin décembre, la Juventus fait face à l'AC Milan dans le cadre de la Supercoupe d'Italie, dans laquelle elle perd cette dernière aux tirs aux buts (3-4). Le 16 janvier 2017 Andrea Agnelli annonce un changement d'identité avec la présentation d'un nouveau badge utilisé dès juillet 2017. Ce badge est formé du mot « Juventus » surmontant un double « J ». Selon Agnelli, cette nouvelle identité capture l'ADN de la Juventus en rappelant les lignes noire et blanche du maillot, le scudetto de la victoire ainsi que la lettre emblématique du club. En mai, la Juve remporte la Coupe d'Italie 2016-2017 face à la Lazio Rome (2-0 au stade olympique de Rome). Durant la saison, la société décide de changer le logo de la Juventus et de changer le nom du stade pour l'Allianz Stadium.


Source : Wikipedia